Le général et le diplomate

Le général et le diplomate.

Tel pourrait être le titre d’une fable d’un Jean de la Fontaine des temps actuels. Malheureusement, c’est juste une interview radiophonique. Autrement dit, triste réalité. Dans l’émission Forum de la Radio-Télévision suisse, ce 15 avril 2014. Je croyais être halluciné. Un général français, dont la seule préoccupation semble être le triste destin de son armée, soumise à des coupes budgétaires, la désastreuse situation de son pays oblige, appel presque à la guerre ! Oui, vous avez bien entendu. Il faut que la France, que dis-je, toute l’Union européenne, se déploie militairement face au "méchant Poutine", qui veut reconstruire l’ancienne Union soviétique, pour lui montrer notre force. Mais surtout pour empêcher les coupes budgétaires qui le privent de faire joujou avec sa vaillante armée française, au demeurant présente partout où "les intérêts de la France sont menacés". Tiens, je ne savais pas que la France avait des frontières au Mali, au Centre-Afrique ou peut-être au Rwanda ? Triste souvenir de sa glorieuse "action militaire" qui commence à sentir vraiment pas bon et qui n’a pas empêché, pour ne pas dire plus, un de plus odieux génocide de notre temps.

En face, un diplomate, avec son langage bien pondéré et qui visiblement connaît bien la Russie et la situation des pays qui l’entourent. Il cherche à tout prix une solution pour empêcher la guerre. Trouver toutes les possibilités de dialogue et de solutions, même aux situations semblant être à première vue insolubles.

Qui choisiriez-vous ? Pas pour résoudre le conflit ukrainien, non, juste pour qu’il soit dans votre cercle de connaissances. À qui confierez-vous vos enfants et leur avenir ?

Marek Mogilewicz

P.S. Message spécial pour la NSA et pour les services spéciaux français, oui, j’ai écrit ce texte moi-même, avec mes petits doigts… comme ça vous n’avez pas besoin de chercher.

Lien pour écouter l’interview :

 

http://www.rts.ch/audio/la-1ere/programmes/forum/5755524-l-ue-et-les-usa-doivent-ils-durcir-le-ton-militairement-contre-la-russie-15-04-2014.html

Les relents du fascisme, sous la couverture de la démocratie.

Je sais que cette prise de position de ma part va déplaire à beaucoup de personnes. J’en suis  conscient et je le fais en connaissance de cause. Mais il est temps de dire haut ce qu’on essaie de cacher honteusement. Ma position tranche beaucoup avec celle de mes anciens compatriotes – une grande partie de Polonais sont restés dans le souvenir des luttes passées et ne voit pas la réalité d’aujourd’hui avec l’objectivité nécessaire à la bonne appréhension de la situation. Une grande partie de la population de ma nouvelle patrie est aussi aveuglée par la propagande et la majeure partie des médias qui répète les mêmes phrases, dont la sémantique anti russe est plus forte que le regard objectif sur les faits. Il y a quelques exceptions dans la couverture de ces événements est les reportages d’Yves Magat, journaliste de la RTS en sont en exemple rare, mais combien important de l’objectivité et de pertinence. Comme déjà en 2008, lors du conflit en Ossétie du Sud, c’est un homme courageux qui est sur place et qui relate ce qu’il voit. C’est aussi simple que cela le journalisme de qualité ? Oui, au lieu de recopier les informations tendancieuses des agences pourries par la propagande, il faut se rendre sur place et dire au monde ce qui s’y passe réellement.

Merci à lui et aux quelques autres qui ont le même courage et l’honnêteté.

Voici quelques témoignages qui montrent ce qui se passe aujourd’hui en Ukraine. Pour ma part, s’il y a une chose qui ne peut justifier mon adhésion à cette "révolution", c’est celle du spectre honteux du fascisme.  Occident, réveille-toi. Demain il peut être trop tard. Ma mémoire est encore intacte de Bandera et de ces sbires fascistes. Une balle a touché mon oncle en 1948. Les pages d’histoire volontairement oubliées. Si vous ne comprenez pas l’ukrainien, faites-vous les traduire…

Si cela est l’exemple de la démocratie, alors il faut que je révise mon dictionnaire. Mais attendez, Hitler a aussi fait brûler le Parlement en disant que c’était pour le bien de son peuple…

La suite n’est pas de moi. C’est une citation :

je vous transmets un message de Jean-Marie Chauvier reçu ce samedi 8 mars.

Ce n’est pas pour gâter votre weekend, mais pour appréhender quelque peu une réalité soigneusement cachée.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Marie_Chauvier

TERREUR FASCISTE EN UKRAINE

(elle est bien là, malgré le silence de nos medias !)

LE PARTI SVOBODA (ex-national socialiste) et le réseau de milices armées PRAVYI SEKTOR (Secteur droit ou droite) SONT MAINTENANT AU GOUVERNEMENT ET AU POUVOIR DANS LES REGIONS DE L’OUEST. ILS RECLAMENT L’ACCES AUX ARSENAUX D’ETAT POUR ALLER « RETABLIR L’ORDRE » DANS L’EST RUSSOPHONE. ILS N’ONT PAS PEUR DE SE RETROUVER BIENTÔT FACE A DES TROUPES RUSSES. POUTINE VA-T-IL SE LIMITER A LA CRIMEE ?

J’ai reçu des messages d’Ukraine qui confirment : les ultras qui ont pris le pouvoir à Kiev font régner leur loi un peu partout. Ils constituent des groupes d’autodéfense en prévision de la guerre civile et de la guerre avec les Russes qui occupent la Crimée. Cette terreur blanche ne justifie pas l’intervention russe, qui poursuit ses propres objectifs géopolitiques (éviter que la Crimée ne tombe aux mains de l’OTAN par exemple) mais permet de la comprendre : oui, les Russes et les Ukrainiens russophones sont en danger, de même que les Ukrainiens non nationalistes déjà soumis à l’intimidation et aux menaces, aux brutalités et aux incendies. Il faut savoir aussi que ces mouvements se nourrissent de longue date d’une idéologie ethniciste, d’une haine antirusse, héritée de leurs prédécesseurs des années 30-40, alliés de l’Allemagne nazie. Cette haine qu’un BHL et d’autres émissaires occidentaux sont venus attiser aux tribunes de Maïdan, sûrs de leur "victoire contre la Russie".

Je vois bien que nos médias et même des commentateurs « de gauche » les qualifient aimablement de « nationalistes » et évitent de dire « fascistes »ou « néonazis ». Sans doute par ignorance (de l’histoire de l’Organisationdes Nationalistes Ukrainiens (OUN) et de ses armées, ou alors par gêne, car l’Occident (et la gauche pro-révolution de maidan) craignent d’être associés aux fascistes, acceptant leur « aide » tout en faisant semblant de ne pas les connaître. (Tous se revendiquent de cet héritage, ce n’est pas une invention de la « propagande russe » !)

Voyez ci-après les images de l’assaut d’un Conseil régionalpar les milices de « Pravyi Sektor ».  (Secteur Droite, néonazis)

http://rt.com/news/nationalists-storm-council-meeting-701/

Ce sont ces milices qui, avec celles du parti d’opposition « Svoboda », ont mené l’assaut du 19 février menant au bain de sang et à l’imposition d’un nouveau gouvernement de putschistes, où plusieurs ministres d’extrême-droite ont pris place.

Vous ne verrez pas ça dans vos JT, la source est russe, donc pas « innocente », chacun montre ce qu’il a envie de montrer

Mais j’ai reçu, de source personnelle ukrainienne, confirmation : des dizaines de locaux des partis non nationalistes (régionaux et communistes) sont incendiés, des maisons individuelles également, des

«ennemis » sont battus et humiliés, des journaux ont été obligés de changer leur ligne éditoriale, il n’y pratiquement plus de presse indépendante…le parti des régions est démantelé, le PC interdit à l’Ouest se maintient à l’Est.

Je le constate d’ailleurs : les agences et journaux en ligne ukrainiens sont « mobilisés » au service des putschistes.

D’autres images intéressantes :

http://rt.com/news/far-right-leader-muzychko-689/

SVOBODA

Voici quelques points en bref du projet de la nouvelle Constitution Nationale, qui reflète bien l’esprit de son concepteur (le parti VO Svoboda) :

 système de gouvernance : présidentiel (4 ans)

la peine de mort pour les crimes contre la nation ukrainienne ou contre l’humanité

Les avortements sont interdits à part "des cas déterminés médicalement". En revanche les naissances sont encouragées pour"augmenter numériquement la nation ukrainienne"

la double nationalité aussi, il est très difficile d’obtenir la citoyenneté ukrainienne si on n’a pas de sang ukrainien (conditions : avoir vécu en Ukraine min 10ans, parler couramment l’ukrainien, connaître l’histoire de l’État ukrainien)

l’ethnicité est inscrite sur le passeport

il est interdit d’acheter des terres si on n’es pascitoyen d’Ukraine

l’idéologie communiste est interdite comme tout parti ou organisation jugé "anti-ukrainienne"

la censure aussi ! tout le monde est libre de penser ce qu’il veut (à condition de ne pas contrarier Svoboda !)

la propagande de l’homosexualité (seksualnyhzbotchen) est interdite

la pureté de la langue sera contrôlée par l’Académie de la langue ukrainienne

et bien d’autres choses…

J’aime bien l’article 22 : "Chacun est libre defaire ce qu’il veut à condition de ne pas nuire à autrui" (d’actualité !)

Pour ceux qui savent lire en ukrainien voici le lien:

http://www.svoboda.org.ua/pro_partiyu/prohrama/konstytutsiya/

message d’une Ukrainienne (de l’Ouest)

Cher Jean-Marie,

Je viens d’écouter intégralement la conférence de presse de Ianoukovitch qui au moins a expliqué comment et pourquoi il s’est retrouvé là (Rostov-na-Donu). Évidemment, il y a eu des questions épineuses (emprisonnement de Tymoshenko, sa maison luxueuse de Mejyhiria, ses comptes en Suisse bloqués), auxquelles il n’a pas de "bonne réponse" mais ce qu’il dit par ailleurs fait état de la terreur qui règne en Ukraine. En ce moment, tout le système judiciaire est entre les mains des putschistes. Ils contrôlent les sorties de la ville de Kiev et du pays (les aéroports essentiellement).Des listes ont été constituées pour "avoir la peau" de ceux qui étaient proches de Ianoukovitch dans la politique mais aussi sa famille (même son petit-fils !), mais pas un mot sur les oligarques, les vrais ! Ils ont sûrement déjà acheté leur paix dans ce nouveau monde nationaliste (si l’on croit les infos d’après lesquelles on propose aux anciens membres du PR (Parti des Régions) repentis de racheter leurs postes). Comme quoi la corruption continue et on voit bien que la vraie raison de ce soulèvement était de satisfaire les revendications de l’Ouest ukrainien, avant tout identitaires (renforcement du statut de l’ukrainien comme seule langue d’État, démolition des monuments soviétiques, entrée au panthéon nationaliste des nouveaux héros)….

Pour ce qui est de l’Est, il est simplement terrorisé plus qu’autre chose. Et Ianoukovich a perdu de sa légitimité à tous les niveaux, y compris auprès des siens. 500 bureaux du PR ont été incendiés et ses membres sont constamment intimidés. Comment se remettre de ce chaos ? Mais l’Est n’a pas dit son dernier mot non plus, il ne faut pas le chercher. En même temps l’Est est aussi beaucoup moins agressif et surtout beaucoup moins organisé. Il ne possède pas de structures équivalentes à celles de l’Ouest en termes d’organisations paramilitaires et il n’a pas le soutien de l’Occident et de la diaspora (dans ce cas soutien logistique et financier : comme dit Ianoukovitch ce scénario n’a pas été écrit en Ukraine). Et ce qui se passe en Crimée est tout à fait compréhensible, on peut même se demander pourquoi si tard. Si cette tendance continue, le pire peut arriver : toute expression contraire au nationalisme ukrainien sera muselée. Pravyisektor l’a bien dit : le prochain président sera de Pravyi S. On peut imaginer la suite… Et à ce moment-là (ou avant), on perdra malheureusement la Crimée… J’espère simplement que la Russie n’interviendra pas car ce sera une guerre très sanglante avec des conséquences imprévisibles.Image

Est-ce bulletin de vote pour les élections en Ukraine ?

La femme à côté du président – ou l’éloge de la bêtise.

Une cérémonie de clôture magnifique et à la mesure de changements qui s’opèrent en Russie. N’en déplaise aux esprits chagrins qui essaient toujours de lier le nom de ce pays aux commentaires négatifs. Particulièrement par les commentateurs débiles de notre télévision nationale. Tant pendant la cérémonie d’ouverture que de clôture leurs logorrhées ont été à la mesure de leur affligeante bêtise.

Quand je pense que c’est nous qui payons leur séjour aux Jeux olympiques pour qu’ils (et elles) nous gâchent le plaisir d’entendre les meilleures artistes du monde jouer ou chanter pour nous !

Quelques exemples qui expliquent mon agacement et le ton que j’emploie dans ce billet ?

Lors de la cérémonie d’ouverture nos valeureux commentateurs, dont le niveau de sens d’humour ne dépasse pas celui du premier ivrogne du café de commerce ricanaient sur la femme blonde assise au côté du Président Poutine. Dans leurs esprits pollués par les affres d’un autre président, d’un autre pays, ils ont imaginé déjà les scènes torrides et se croyaient drôles en insinuant sur l’antenne qu’il s’agissait peut-être d’une nouvelle maîtresse du président de la Fédération de Russie.

Il est vrai que son très joli visage rayonnait sur des millions d’écrans dans le monde.

Après que quelqu’un leur a fait savoir que ce n’était peut-être pas la manière d’en parler dans la circonstance, nos super commentateurs ont essayé de s’en sortir en balbutiant, "non, finalement Poutine est divorcé, donc… il s’agit peut-être…"

Nos prétendus "journalistes sportifs" auraient mieux fait de se taire et nous laisser admirer les magnifiques images et entendre les musiques de grands maîtres que de proférer leurs débilités. La personne qui se trouvait aux côtés du Président Poutine, était une ancienne bobeuse russe, gravement blessée lors d’un entraînement en Allemagne en 2009, Irina Skvortsova. Cet accident provoqué par une erreur d’arbitre lui a coûté la fin de sa carrière sportive. Grâce à son courage et aux équipes médicales, elle est devenue journaliste sportive et prépare même les jeunes athlètes russes. Elle a appris sa présence à la tribune officielle à côté du président 20 minutes avant le début de la cérémonie. Un habile coup de communication ? Oui, et tant mieux. C’est justement le lieu pour mettre en avant de telles valeurs. Nos prétendus "journalistes " de la RTS pourraient s’en inspirer au lieu de proférer les âneries indignes de l’esprit de l’olympisme.

Le moment le plus touchant de cette cérémonie pour moi était le tableau "Littérature". Hélas, les deux dames de notre RTS ont totalement couvert avec leurs niaiseries les mots les plus extraordinaires de la poésie qui bien qu’écrits en russe, sont des perles de la littérature mondiale. La nôtre, car le poète est universel dès qu’il atteint ces sommets de son art. La première phrase était de Vladimir Maïakovski – n’ayant pas une traduction exacte sous la main, je vous donne la mienne avec mes excuses pour son imperfection : "Écoutez ! Puisqu’on allume les étoiles, c’est qu’elles sont à quelqu’un nécessaires ?". Le reste était quasiment inaudible sur notre chaîne, tant les deux "commentatrices" ont eu à cœur de nous abreuver de leur ignorance, presque avouée, car elles disaient – "ah il y a Akhmatova et Tsvétaeva, bon on ne les connaît pas…". Alors bon sang, si vous ne le connaissez pas et si ce n’est pas écrit sur votre feuille, ou si vous n’avez pas pris la peine de se renseigner avant l’émission, alors TAISEZ-VOUS ! Laisser au moins les téléspectateurs admirer la beauté de ce tableau et entendre la mélodie de cette belle langue, sans même la comprendre. La poésie ne se traduit pas, il faut la sentir, respirer, vivre. Du coup, les deux empêcheuses de voir et entendre n’était pas en mesure de comprendre que la seule présence de ces deux poétesses dans ce tableau montrait des changements immenses qui se sont opérés en Russie ces dernières années. Ces deux magnifiques poétesses, victimes du régime stalinien ont eu beaucoup de peine à être connues et reconnues en Russie. L’Occident n’était pas non plus en mesure de reconnaître leur importance pour la littérature mondiale. Leur présence dans ce tableau du Panthéon de la littérature russe était comme un signe de la recherche des valeurs perdues et si nécessaires, pas seulement pour la Russie, mais pour nous tous. Cela n’a pas du tout était remarqué par nos commentatrices. Le hic de l’histoire, c’est que Marina Tsvétaeva, exilée en Suisse, n’habitait peut-être pas loin de là où habitent nos deux starlettes de la télévision. Mais c’est une autre histoire.

Il est inutile de commenter d’autres exemples de la crasse ignorance de celles et ceux qui se prétendent être les spécialistes de communication, sauf ce savoureux : "bien sûr dans la ville de PyeongChang (prononciation très approximative et gloussements dignes d’ados) en 2018 les dépenses seront bien plus petites, il y a déjà sur places des installations et puis une ville de 48 millions d’habitants…" Ah bon, je ne savais pas que la plus grande ville du monde c’était PyeongChang ! On apprend vraiment beaucoup de choses à la télévision !

Je propose à l’avenir de supprimer les commentateurs et commentatrices de ces cérémonies et avec les économies réalisées, offrir quelques billets pour les athlètes empêchés par les blessures de participer aux Jeux olympiques. J’espère voir leurs visages rayonnants sur les écrans.

Attaque israélienne contre un centre de recherches à Damas

Qui peut m’expliquer de quel droit l’impérialisme sioniste peut intervenir dans un conflit qui se déroule dans un pays tiers ? Israël bafoue de façon flagrante le droit international et ceci sous l’œil bienveillant des USA et d’une grande partie du monde occidental. Deux poids, deux mesures pour le respect des frontières et la non-agression d’un pays ? Quelle que soit la situation en Syrie, au Liban ou en Palestine, c’est les agissements belliqueux des sionistes israéliens qui provoquent le non-respect de droit international. Il faut en tenir compte dans nos relations avec ce pays. Israël est concrètement un pays en guerre et cherchant à être en guerre. Israël provoque lui-même les conflits, tout en jouant le rôle de victime. Il n’y a aucune justification à effectuer les frappes sur un autre pays, sous prétexte que peut-être un jour, ce pays pourrait être en guerre contre nous. C’est absurde. Il ne faut pas s’étonner après sur les réactions violentes des Palestiniens ou Iraniens. Si on suit cette logique, il faudrait attaquer la moitié de la planète, en commençant par Israël lui-même, le pays le plus belliqueux de ce coin de la Terre. Je proteste vivement contre toute livraison d’armes à ce pays par la Suisse. Ceci est contraire à notre constitution.

Boston – Beslan

Au nom de l’Association Fidan et en mon nom personnel, je voudrais exprimer notre solidarité avec les victimes innocentes des attentats de Boston. Le terrorisme, peu importe de quelle sorte, est la plaie la plus brûlante de notre civilisation. Mais dans ce contexte particulier, il me impossible de ne pas dire ces mots terribles : lors de la tragédie de Beslan, le monde occidental et en particulier les médias occidentaux ont toujours cherché à accuser toute sorte de causes, sauf les terroristes tchétchènes, auteurs de la prise d’otages la plus abjecte de notre histoire.

Aujourd’hui, le monde occidental apprend le vrai visage des extrémistes tchétchènes. Il n’y a pas de racisme dans mes propos, tous les Tchétchènes ne sont pas les terroristes. Mais les terroristes tchétchènes sont une véritable menace pour nos valeurs. Où êtes-vous les pseudo-philosophes de pacotille télévisuelle, les "spécialistes en mensonges médiatiques" de tout genre pour nous éclairer aujourd’hui sur les enjeux qui ont conduit aux attentats de Boston ? Je sais, vous vous apprêtez à envoyer les armes à des fous d’Al-Qaïda en Syrie. La politique de la courte vue prévaut largement sur les idéaux.

Marek Mogilewicz

Président de l’Association humanitaire Fidan

Huitième anniversaire de la tragédie de Beslan

Nos pensées vont aujourd’hui vers toutes les victimes innocentes de l’acte terroriste de Beslan.
Le monde passe très vite d’une tragédie à l’autre, mais la douleur des familles endeuillées reste toujours la même. Soyez assurés de notre pleine compassion et solidarité avec vous en ces jours de tragiques souvenirs. Malgré la distance nous partageons avec vous cette immense tristesse.
Pour ceux qui ont survécu, nous adressons nos veux d’un futur rempli de meilleures choses de la vie. Nous sommes pleins d’admiration pour vos réussites. Nous sommes fiers et heureux d’avoir partagé avec vous un bout de chemin vers une vie ordinaire. Vous nous avez permis de nous sentir utiles pour une belle cause, celle des enfants innocents. Chacun de vos succès et un grand bonheur pour nous et pour l’humanité toute entière. Vous prouvez que le bien peut triompher, même du mal le plus atroce.
Vous êtes l’espoir et le futur de notre Monde. FIDÆN.
Marek Mogilewicz
Président de l’Association Fidan
Projet Beslan
1er septembre 2012
Dessin des enfants de Beslan effectué lors de leur séjour en Suisse organisé par l’Association Fidan en 2005
Beslan, projet beslan, terrorisme, russie, marek mogilewicz, vaud, nyon, vladikavkaz, ossétie

Восьмая годовщина трагедии в Беслане.

Восьмая годовщина трагедии в Беслане.

Сегодня мы присоединяемся ко всем невинно пострадавшим жертвам террористического акта в г.Беслан. Мир проживает одну трагедию за другой, а боль пострадавшей семьи остаётся такой же жгучей.

Выражаем глубокое соболезнование, семьям постадавших, в эти памятные дни мы солидарны с вами и разделяем вашу скорбь и боль, немотря на расстояния.

Обращаясь ко всем выжившим и уцелевшим в те страшные дни, хотелось бы пожелать будущего, наполненного добротой, радостью и благополучием. Вы восхищаете нас вашим стремлением жить . Мы очень рады разделить часть пути к миру и нормальной жизни. Каждый ваш шаг к успеху – большая радость для нас и для всего человечества! Вы смогли доказать, что добро сильнее и превыше зла, даже самого варварского.

Вы — надежда и будущее нашего мира. ФИДÆН.

Марек Могилевич Президент ассоциации «Фидæн»

Проект «Беслан» 1 сентября 2012 год

Ссылки на передачи швейцарского телевидения, рассказывающие о нашем проекте :

Temps Présent

SwissInfo

Рисунок детей Беслана, сделан во время пребывания в Швейцарии, организованного ассоциацией «Фидæн» в 2005 году.

Beslan, Russie, Ossétie, Vladikavkaz, projet Beslan, Marek Mogilewicz, Fidan